Les substances que nous cache… le vernis à ongles

Même si cette parure existe depuis plus de 3.000 ans, c’est la composition des peintures de voiture qui a inspiré les créateurs de vernis actuels. Autant dire que les substances qui le composent ne sont pas très naturelles… Nous avons décrypté pour vous les étiquettes des vernis à ongles standards.
Le vernis à ongles, un produit toxique*?

Les vernis à ongles doivent avoir plusieurs propriétés*: tenir longtemps, être brillants et faciles à étaler.Avril Vernis à Ongles le Vernis – Vermillon N°33 Pour cela, les fabricants utilisent plusieurs types de substances*:

  • pour produire un film sur l’ongle, un agent filmogène, le plus souvent de la nitrocellulose, inflammable*;
  • des résines qui donnent le brillant et l’adhérence*;
  • des plastifiants pour rendre la matière flexible*;
  • pour la couleur, des pigments minéraux ou organiques et des nacres naturelles ou synthétiques*;
  • pour étaler le vernis,*un agent rhéologique*qui le fige dès l’instant où il est posé sur l’ongle.
  • des solvants*pour faciliter l’application du vernis.

Les matières dangereuses contenues dans le vernis à ongles

Dans la plupart des vernis à ongles, on retrouve des substances dangereuses. C’est par exemple le cas du*formaldéhyde, un durcisseur qui fait partie des perturbateurs endocriniens et classés comme “produits cancérigènes“.

On trouve également du*toluène, utilisé comme solvant et qui est irritant pour la peau, les yeux et le système respiratoire. Le dibutylphtalate (DBP) est utilisé pour augmenter l’onctuosité des vernis. Il est également classé dans la catégorie des perturbateurs endocriniens.
Les vernis à ongles peuvent également contenir des parabens (conservateurs, perturbateurs endocriniens), du xylène et du colophane, des produits irritants, ou encore du camphre, qui peut provoquer des maux de tête.
Existe-t-il des vernis non toxiques*?

Les trois premières matières (toluène, formaldéhyde et DBP) sont celles que l’on retrouve le plus dans les vernis. Toutefois, certains fabricants proposent des formules “3-free” qui ne contiennent pas ces trois produits. Il existe même des vernis “5 free” ou “7 free” qui contiennent moins*de matières réputées dangereuses.
Et le vernis à ongles bio*? En 2011, les premiers vernis bio ont été retirés du marché car jugés négativement par les consommatrices. Difficile aujourd’hui de s’y retrouver entre les vernis “bio” et les vernis naturels.
Trois marques à retenir cependant*: la marque Avril, qui propose des vernis à ongles certifiés bio (Ecocert), les vernis Kure Bazaar, à la composition 85*% naturelle et “3-free”, et ceux de la marque Couleur Caramel, sans paraben ni formol, toluène et colophane.
Un bémol*: la marque UFC-Que Choisir a testé en 2016 ces produits “naturels” et ils contenaient également certains perturbateurs endocriniens. Aucun vernis à ongles n’est donc à l’abri de contenir des substances toxiques*!
Que faire alors*? Si l’on tient absolument à mettre du vernis à ongles, respectons ces quelques consignes*:

  • l’appliquer à l’extérieur pour éviter de respirer des vapeurs toxiques*;
  • éviter de dépasser sur les doigts pour que la diffusion soit moins importante*;
  • ne pas garder son vernis plus d’une semaine d’affilée pour éviter la diffusion des substances toxiques à l’organisme*;
  • utiliser du dissolvant naturel, moins toxique.

A lire aussi :

Cet article Les substances que nous cache… le vernis à ongles est apparu en premier sur consoGlobe.

Pour en lire plus…

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *